Le gouvernement précise son « plan abattoirs »

12 juillet 2021 - Yannick Le Bihan

Crédit : Adobestock

Plusieurs précisions ont été annoncées, le 5 juillet dernier, par Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation à propos de l’application du « plan abattoirs » destiné à moderniser les outils d’abattage sur tout le territoire. Pour rappel, ce programme s’appuie sur le plan France Relance (lire ici) présenté en début d’année par le gouvernement afin d’assurer un maillage territorial de qualité et de proximité pour la découpe de viandes.
Le ministre a indiqué, qu’à ce jour, 123 projets de modernisations et d’amélioration du bien-être animal ont d’ores et déjà été sélectionnés. Parmi ceux-ci, 44 abattoirs seront équipés de vidéosurveillance. Dans les Côtes-d’Armor, l’abattoir Quintin Viandes va ainsi bénéficier d’une enveloppe de 211 000 € pour financer ses investissements.
Concernant le volet des contrôles, dès le mois de septembre, de nouvelles inspections, inopinées, généralisées et coordonnées dans l’ensemble des abattoirs d’animaux de boucherie seront effectués. En parallèle, une Force d’Inspection Nationale en Abattoirs (FINA), dotée de six agents a été créée. Elle pourra intervenir à tout moment et en tout lieu, notamment à la demande des Préfets ou de la Direction Générale de l’Alimentation (DGAL), pour la gestion des cas les plus difficiles.
Enfin, cette semaine, les sanctions applicables en cas de défaillance dans le respect des règles d’abattage seront rappelées par courrier à l’ensemble des Préfets. Il s’agira, pour eux, d’appliquer, aux structures défaillantes, des sanctions fortes, allant de l’obligation de mise en conformité jusqu’à leur fermeture.

 

Abonnement PorcMag

AUX CÔTÉS DES ÉLEVEURS, AU CŒUR DE LA FILIÈRE, OUVERT SUR LE MONDE

● La richesse des reportages terrain et des dossiers thématiques
● Les conseils des meilleurs experts en technique et en gestion
● De nombreux retours d'expérience et solutions pratiques

Profitez d'une offre découverte 3 mois